Des drones pour sauver des sites historiques !

No votes yet.
Please wait...
Voting is currently disabled, data maintenance in progress.

Les lieux ou se déroulent des conflits, peuvent amener à la destruction de grands sites historiques. Sur le territoire syrien, une entreprise française en pleine croissance a mis en place un outil de numérisation de sites historiques avec des drones.

La Syrie est le théâtre d’un conflit qui dure depuis 2011, la destruction de sites historiques a été largement médiatisé et a choqué l’opinion mondiale comme celui de Palmyre. Par ailleurs, dans la ville d’Alep, le minaret de la mosquée qui a été construit lors de la dynastie des Omeyyades, qui est désormais en ruine.

Pour palier à ce grave problème, une entreprise française qui est spécialisée dans la reconstitution 3D, a décidé de relever un énorme défi : procéder à la numérisation du patrimoine historique syrien qui est exposé à la destruction ou au pillage.

Ainsi, un projet du nom de Syrian Heritage permet de visualiser les sites historiques syriens en 3D et de les visiter virtuellement de manière interactive par le biais de vidéos en images de synthèse.

Ce projet est le fruit d’un travail collaboratif depuis une bonne année entre des musées syriens et la direction générale des antiquités. Le projet est financé par plusieurs mécènes, qui ont permis de fournir des drones possédant des appareils photos, permettant la collecte de milliers d’images. Puis, Iconem les a traitées par photogrammétrie, un procédé qui permet de reproduire les sites avec une très grande précision (de l’ordre du millimètre).

Iconem's protocol from Iconem on Vimeo.

La société Iconem est une start-up française qui a déjà retenu l’attention de l’Unesco, du musée du Louvre mais aussi de l’Inria, (Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique), de l’ENS (Ecole Normale Supérieure) ou encore du Microsoft Research Lab, avec qui ils collaborent.
Les documents numérisés, les visites virtuelles et les images de synthèses seront postés à partir de la fin du mois de mai. Ces ressources pourront être consultées par le grand public ou les scientifiques.

Source Image : Capture d’écran d’une vidéo du site iconem.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.